26/01/2007

TRISTE CE SOIR MAIS PLEINE D'ESPOIR

Je suis triste ce soir car Danaé est triste et à des soucis, Béa ne va pas bien. Et je sais que ce ne sont que des mots, et je sais qu'on est seul avec sa maladie, mais parfois ils font du bien, un peu......

Je sais que dans la traversée des chimios et de la radiothérapie, il y a parfois des moments ou tout est trop lourd, où même penser fatigue tellement que l'on croit qu'on va devenir fou, des jours où les larmes ne font que couler sans nous demander notre avis, des jours ou le mot avenir ne semble rien dire engloutti dans le présent douloureux et pesant.

Mais je sais aussi que ces jours là parfois un tout petit rien suffit à faire remonter un peu, voir une petite lueur là-bas tout au bout du tunnel, et comme j'aimerais être cette petite lueur, comme j'aimerais leur dire que bientôt le printemps reviendra, qu'après les traitements et même si tout n'est pas fini, on va mieux, on revit et l'on fait une trève avec la maladie, comme un pacte tacite. On reparle d'avenir et l'on oubli petit à petit ces moments si douloureux.

La vie est belle, non elle n'est pas un long fleuve tranquille, mais qu'elle est belle.

PS) mon homme après 17 ans de vie commune est revenu ce soir avec des fleurs, juste pour me dire qu'il m'aime, juste pour me dire qu'il est là avec moi dans mon combat, qu'il est là pour le pire et le meilleur. Le pire et venu ce 11 juin et il n'a pas quitté le navire, il n'a pas tangué, il n'a pas perdu le cap. Je l'aime......................

23:27 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

25/01/2007

LE BLOG ET MOI

Jusqu'à il n'y a pas très longtemps, pour moi les blogs étaient reservés aux ados qui les écrivent (les deux miens par exemple) et à ceux qui les lisent (les miens aussi). Un univers totalement virtuel où l'on parle de son héros préféré (souvent issu de mangas) de son idole préféré ou bien où l'on expose ses photos pour que les copains les regardent. Ma fille Jeanne d'ailleurs lorsque je lui ai appris que j'écrivais un blog n'en croyait pas ses oreilles "quoi, les adultent font des blog ?".Comme si pour elle seuls les ados sont habilités à le faire, et le faire en tant qu'adulte tient à vouloir rester jeune et dans le coup.

C'est un jour d'ennui plus particulier que les autres que j'ai tapé cancer sur google, que j'ai vu le premier blog "journal intime" et que je l'ai lu d'une traite en y passant la moitié de la nuit, cette superlolo me scotchait car elle écrivait presque au jour le jour, sa vie et son combat contre un cancer du sein, cette superlolo, dont je ne rate pas les aventures et qui a fait un nouveau blog où elle ne raconte plus son cancer mais sa vie qui a repris, mesemblait être moi, même âge, même cancer, mêmes phases d'espoir, de déprime....

Ainsi j'ai découvert d'autres blogueurs tels que pascal qui se bat contre un cancer du sang, danaee contre une tumeur au cerveau, béa contre un cancer du sein également, mais ce n'est plus leur cancer qui importe tant, du moins ce n'est plus ce que j'y lis principalement, c'est leur parcours de vie et les reflexions qu'amènent l'étant dans lequel nous sommes lorsque tout d'un coup la vie devient fuyante, quand telle une bombe nucléaire prête à sauter la maladie nous fait voir les choses différemment et nous fait réfléchir encore et encore sur le sens de la vie, sur le sens de notre vie et sur ce qui est le plus important à nos yeux.

J'ai donc commencé à écrire moi-même un blog et j'y ai trouvé une force et un soutien que je ne trouvais plus nul part. Non pas que je sois isolée, non j'ai de la famille, des amis mais comme vous tous qui traversez cette maladie, au début tout le monde est catastrophé, scotché au téléphone pour vous réconforter, vous etouffez sous tout cet amour étalé, puis petit à petit et ainsi va la vie, on vous appelle moins, on fait moins attention à vous. Dans un sens vous en êtes soulagés, rien de moins insuportable de ressasser sans cesse cette maladie, mais petit à petit vous vous sentez seul face à vous même à vos angoisses et vos coups de caffard.

Mon homme est fantastique et assume des tas de choses mais ses épaules ne sont pas extensibles à l'infini et j'essaye de ne pas trop lui parler de mes peurs et angoisses, j'ai besoin qu'il soit fort pour s'occuper des enfants, de son boulot et de lui. Alors merci les blogs où je peux lire que ce que je ressens est partagé par d'autres, où je peux écrire ce que je ressens sans avoir peur d'effrayer ou de saouler. C'est incroyable le bien que me font les petits commentaires que certains m'envoient. J'ai l'impression de faire partie d'une sorte de famille où l'on se comprend en se lisant, et bien que j'aurais préféré qu'il n'en soit rien et que nous ne soyons pas malades, je suis heureuse d'avoir rencontré certains d'entre vous malades ou non.

Merci à vous d'être là !

11:35 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

24/01/2007

AVIS DE FIN DE TEMPETE

Epuisée, lessivée, démoralisée, fatiguée, abattue....
Mes parents partent demain et je n'en peux plus mais je m'en doutais, c'est toujours comme ça et toujours de pire en pire. Que voulez-vous quand on a presque 40 ans et un cancer qui vous fait sentir l'urgence à vivre, on a de plus en plus de mal à supporter un despote machiste, fallocrate, esclavagiste, moralisateur, destructeur..... et une mère esclave complice qui va même jusqu'à lui règler sa douche et n'hésite pas à être d'accord avec lui lorsqu'il crache son venin. J'exagère, je suis mazo ? peut être un peu des deux et puis après 8 jours sous le même toit comment ne pas exagérer. Pourqoui je les vois toujours, parce qu'ils sont mes parents, et non je n'en ai pas de rechange, qu'ils ont déjà perdu un fils de 39 ans il y a 4 ans,qu'ils ont tout de même qulques qualités, qu'en tant que mère je ne supporterais pas que mes enfants coupent les ponts et que je pense que malgrès que j'ai de plus en plus de mal à les supporter, il serait encore plus dûre pour moi de couper les ponts, je ne m'en sens pas le courage et je pense que la culpabilité me rongerais en core plus.

22:28 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

18/01/2007

AVIS DE TEMPETE

Avis de tempete au dehors comme partout en France.

Avis de tempête dans ma tête à l'idée de l'arrivée de mes parents pour 10 jours.

Que ceux qui envisagent la venue de leur parents pour 10 jours sereinement et dans la joie laplus complète lèvent le doigt que je compte les p'tits menteurs.

Fille Ingrate dites vous ? Non bien au contraire, je pense être celle qui en a toujours le plus fait pour faire plaisir à ses parents, car malgrès leurs défauts ils sont mes parents et je les aime, mais ils sont INSUPORTABLES................

Ma mère d'abord, toujours malade depuis 40 ans environ tout y passe la tension, le diabète, le coeur, les jambes enflées, les trachéites.... bien sûr elle n'a pas de chance mais c'est insuportable de l'entendre parles sans cesse de ses problèmes de santé, lorsquelle ne parle pas de cela elle passe son temps à énumerer les choses que je fais mal, je repase mal, je plie mal les draps, je m'organise mal et suis maniaque c'est d'ailleurs pour çà que je suis fatiguée. Si par malheur je fais quelque chose de bien elle s'empresse de dire quelle me l'a inculqué. Jamais de conversation privée de mère à fille, ni même à ses petits enfants qui d'ailleurs maintenant sont très peu proches d'elle.

Mon père le PATRIA dans toute sa splendeur qui a un avis sur tout, sait tout, a toujours raison et pense qu'à force de répéter ses idées qui sont l'essence même de la sagesse vous les fera rentrer dans le crane sans que vous vous en rendiez-compte. Pense que la place de la femme est à la maison sous la direction suprême du chef, c'est à dire l'Homme, que la femme est de toute façon bien moins intelligente que l'homme, ne sait pas conduire, ne sait pas compter, gérer un budget et donc que c'est un bienfait pour l'humanité que l'homme la dirige.Moi étant sa fille je suis un petit peu moins bête que les autres mais je devrais tout de même garder ma place afin que mon mari n'ait pas l'humiliation de changer des couches ou de passer l'aspirateur. INSUPORTABLE JE VOUS DIT. Resultat mon mari est sous pression (il ne veutpas se facher avec lui, quel trésor de patience) quand il vient car en plus de tout savoir, il vous dit comment faire les choses, veut tout savoir de vos projets, de votre compte en banque, de vos amis (c'est pas pour causer c'estpour vous remettre dans le droit chemin, le sien, si vous vous écartez de ses idées). Les enfants le fuient un peu car ses idées sont insuportables pour des ados (l'ordi c'est mauvais pour les yeux, les jeunes s'habillent n'importe comment, vous regardez n'importe quoi à la télé......) et moi je monte en tension car moi non plus je ne veux pas me facher, mais ne supporte pas qu'on mette en péril mon féminisme, les idées que nous voulont inculquer mon mari et moi aux enfants, et mon intimité. Bon j'arrête là avant de vous saouler.
Ne vous inquiétez pas si je n'écris pas pendant leur séjour, je serai moralement épuisée. De plus comme tout despote qui se respecte il ne se couche que lorsque vous êtes couchés et vous suit dans les pièces pour voir ce que vous faîtes. Au secours pourvu que je tienne 10 jours.

13:24 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

15/01/2007

DENIERE SEMAINE DE TRAITEMENT

DERNIERE SEMAINE DE TRAITEMENT !!!!!!!!!!!!!

Et oui normalement demain je vais faire ma dernière radiothérapie, ça se faite non ?
Bien sûr je vais devoir très vite replonger dedans avec dans le désordre une ablation des ovaires, une reconstruction mammaire et peut être une ablation de mon deuxième sein, mais ça c'est pour plus tard. Pour l'instant fini les allers-retours à la radiothérapie ou l'attente angoissante de la prochaine chimio.

Dans les semaines qui suivent je vais, et toujours dans le désordre : faire les soldes, me mettre au régime weight watcher (car en effet secondaire la fin de la chimio m'a fait prendre 10 kilos et oui ménopause forcée + déprime et vengeance dans le frigo = 10 kilos), reprendre mon petit théo le midi car avec la radio il mangeait à la cantine, reprendre la marche active mon sport favori, ressortir, réinviter....... enfin bref REVIVRE

Vive la fin de mes traitements, et vive le Printemps (c'est pas le printemps chez vous les amis belges?)

09:15 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : cancer |  Facebook |

14/01/2007

humeur

il est 8h30 et je suis debout depuis 7h30 parce quemon chien a fait des siennes. Alors je le maudit de m'avoir tirée du lit si tôt un dimanche matin.
en tendant l'oreille, j'entends les oiseaux qui chantent déjà dehors (et oui un 14 janvier puisque les températures atteignent les 16 degrés en journée les oiseaux reviennent)

Alors je vous quitte et je vais flatter mon chien qui voulait sûrement partager avec moi ce petit moment de printemps précoce

bon dimanche à vous, belle vie

natali

08:34 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : humeur |  Facebook |

12/01/2007

quand c'est fini, c'est pas fini

Mon moral était plutôt bon, le traitement de mon cancer se termine dans une semaine et puis vlan, hier au courier je recoit une lettre de l'oncogénétique qui me casse complètement.

Bien sûr je sais déjà que mon cancer est génétique avec prédisposition familiale, j'ai fait l'étude de mon arbre généalogique et ai découvert plusieurs cancers du sein du côté de mon père. Fin novembre je suis allée à Tours pour une visite d'oncogénétique où j'ai compris

1- que mon cancer n'est pas dû au hasard mais à des gènes deffectueux

2 - que je peux en avoir à nouveau dans l'autre sein, donc qu'il serait sage que je me le fasse ôter aussi

3 - qu'un cancer des ovaires est plus qu'envisageable et beaucoup moins traitable que celui du sein, donc qu"il serait sage que je me le fasse ôter aussi

4 - que des métastases peuvent apparaître n'importe où d'autre avec une prédilection pour le foie les os et les poumons, donc qu'il serait sage que je me les fasse ôter (non, je plaisante;;;;;)

MAis voir tout ça par écrit a réveillé en moi les angoisses du début de mon cancer, je n'ai pas dormi de la nuit, ai pleuré tout mon saoul et suis à nouveau dans les pensées genre : je vais avoir un autre cancer très vite et vais mourir dans d'horibles souffrance....

j'en ai marre, marre de ce cancer et de cette foutue génétique merde j'ai pas de chance seuls 5% des cancers du sein sont génétiques.

10:34 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : marre marre marre |  Facebook |

11/01/2007

JE DETESTE JANVIER

Que janvier sans tarder, se fasse vite oublier !

Je ne sais que rester, devant ma cheminée

à rêver au printemps, à rêver au beau temps

qui enfin je le sais, revient toujours à temps

Il fait froid il fait nuit, les lumières de Noel sont éteintes Le porte monnaie est vide L'estomac et le foie pleins d'excès des fêtes Le teint est brouillé La balance est méchante, très méchante même, je devrai peut être la jetter Merci danaée et martine pour votre coucou il fait chad au coeur

11:49 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/01/2007

coup de soleil en hiver

ouille ouille ouille, elle me brûle cette radiothérapie.
Imaginez un sein en moins (et un 95 D s'il vous plaît) et de l'autre côté un torse d'homme avec une grosse ballafre au milieu, rouge et brûlé comme un coup de soleil au 2ème ou 3ème degré. Pour le moral c'est pas top vaut mieux en rire.
Qui peut me remonter le moral avec une belle opération reconstructrice bien réussie et des seins de 20 ans comme récompense d'avoir morflé ?

10:44 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : ironie |  Facebook |

09/01/2007

19 janvier fin des traitements

le 19 janvier les différents traitements de mon cancer seront terminés car j'aurai eu ma dernière séance de radiothérapie.
En france, (et oui bonjour les belges je suis française et blog sur skynet car je trouve dans les blogs belges plus de chaleur humaine et de joie de vivre, moins de prises de tête) il y a une campagne sur le cancer qui commence et qui vise à faire changer l'idée qu'ont les gens du cancer. La première pub que j'ai vue fait état de catherine qui a eu un cancer de l'estomac il y a 16 ans et qui va très bien. Voilà une bonne campagne, voilà en quoi je veux croire.

Alors dans 16 ans voyons : j'aurai 56 ans, je serai une jeune mamy indigne qui enmène les petits monstres partout et leur fait dire des bétises, je retapperai toujours des maison cette fois ci ce sera notre 5ème fois, mon homme sera à la retraite et me préparera des p'tits plats quand je rentrerai du boulot, j'aurai de nouvelle copines avec qui je ferai de supers soirées, je commencerai à avoir des rhumatismes mais je m'en foutrai car c'est quand même moins grave qu'un cancer, et puis... à oui je me battrai toujours pour perdre les quelques kilos qui sont en trop depuis mes 15 ans. Du rêve vous dîtes....... ben oui rêver c'est le préparer et tout faire pour, alors VIVE LA VIE, VIVE LE RÊVE, VIVE VIVRE

23:08 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : avenir |  Facebook |

le bonheur c'est à l'intérieur qu'on le trouve !

A la recherche du bonheur on attend toujours demain, plus tard, la semaine prochaine...
Ainsi jusqu'à il n'y a pas très longtemps j'ai toujours attendu un événement futur pour être heureuse, j'étais toujours été en attente et jamais vraiment heureuse
Enfant j'attendais d'être grande
Ado j'attendais être autonome, d'être amoureuse et aimée
Amoureuse et aimée j'attendais d'être mère
Mère j'attendais d'y être deux fois
J'attendais les vacances, être plus mince, le week-end, plus de moyens, la visite d'untel........
MAis en fait je ne vivais jamais l'instant présent j'attendais, j'attendais sans me rendre compte vraiment que le bonheur c'est maintenant , l'instant présent. Le bonheur ce n'est pas attendre la grande bouffée euphorique comme dans les films avec musique et filtre photo.
Le bonheur il vient de moi, de la reconnaissance des petits moment, du lâcher prise, et du "profiter du moment présent".
A la base j'ai tout ce qu'il faut pour être heureuse, l'amour de mon homme, mes enfants, ma famille, mes amis, un toit de la m=nourriture dans mon assiette..... Mais je ne peux être heureuse que si je m'y autorise et que je vis l'instant présent.
Depuis quand l'ai-je compris, déjà depuis le décès d'alain mon frère il y a quatre ans, et les choses se font petit à petit avec l'âge, l'acceptation de soi (je suis moi avec mes défauts, mes qualités ni mieux, ni moins bien qu'une autre mais je dois m'aimer pour aimer les autres et être heureuse) le bonheur il est là sous mes yeux, en plus j'ai un cancer qui exhacerbe tout ça, en cela il est positif (et oui même les choses les pires de la vie peuvent avoir quelque chose de positif) je ne sais pas si j'ai 6 mois ou 40 ans encore à vivre alors le soleil sur ma peau, un bisou de mon fils, l'odeur du pain chaud dans la maison, mes cheuveux qui repoussent, l'appel d'une amie (merci Aurélie d'être mon amie et mon coach anti baisse de moral).... sont tous des moments de bonheur aussi simples que merveilleux. (On se croirait presque dans la petite maison dans la prairie, eh vous amis belges vous connaissez cette série américaine ?)
Voilà c'était l'humeur du jour et ma définition actuelle du bonheur, mais elle n'est pas figée. 
ET POUR VOUS C'EST QUOI LE BONHEUR ?

10:39 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : le bonheur |  Facebook |

08/01/2007

finissons l'histoire de ce cancer

les 3 jours d'avant mon opération ont été je pense les pires jours de ma vie et en même temps presque iréels.
J'étais sûre de mourir en quelques jours et plus rien de sur terre ne me semblait important, les projets, les sentiments, les gens, la terre, la nature tout me semblait bizarre et à l'idée que j'allais mourir je pensais "ne riez pas" que ce serait la fin du monde. VOus savez ce vieux dixcton qui dit après moi la fin du monde et qui semble dire que l'on est égoïste, et bien je l'ai vécu durand ces trois jours. et Pourtant en même temps je pensais à mes enfants et à leur vie future, je me sentais coupable de leur infliger çà ! et je souffrais le martyr à l'idée de ne pas les voir grandir, ne as être là pour leur premier amour, la rentrée au collège du petit théo, le bac de arthur, l'entrée de jeanne au lycée. C'était une véritable torture avec parfois des frissons d'éffroi à l'idée de la mort en elle même : n'être plus rien de vivant, ne plus rien ressentir et pourrir sous terre. C'est bizarre cette peur de ne rien ressentir et en même temps la peur d'être entérrée. Bon enfin pour en finir j'ai été opérée le vendredi 30 juin, 5 heures sur la table et un réveil fantastique ans nausée ni douleurs. Et là moi qui avait peur de ne pas me réveiller, je me suis dit bon maintenant tout va bien, on ta tout retiré, le sein, les glanglions..... tu vas te battre et ne plus penser que tu peux mourrir Ouf ça va mieux, vous savez dans ces téléfilms américains ou le fait de dire cela et hop on est guérri, bon ça marche pas vraiment pareil dans la vie mais quand même la méthode couet à l'avantage de vous sortir de cette léthargie morbide et de vous faire bouger. Voilà j'avais besoin de dire tout ça, la suite a été notre déménagement pendant mon séjour à l'hôpital (gloups très difficile à vivre pour quelqu'un qui aime toujours tout maîtriser d'être clouée là pendant que mon mari et mes enfants font le boulot, difficile aussi de partir de ma maison comme une voleuse sans dire au revoir au village et à mes amis) - puis l'arrivée à la maison avec une belle maman (merci renée) qui fait tou pour vous aider et qui reste le temps d'installer la maison - puis les chimions (6) et la fatigue, les nausées et le moral à plat avec des moments de pure descente aux enfer moralement et des moments de pur bonheur de sentiments (la maladie et la peur de la mort exacerbent les sentiments et les petits mots simples ou instants simples que l'on ne remarque pas d'habitude semblent à ce moment là de purs diamants) - la radiothérapie que je fais actuellement beaucoup moins difficile physiquement et moralement puisqu'elle annonce la fin des traitements. - et puis l'avenir en philigranne qui tantôt me donne une pêche d'enfer (je vais retravailler, retrouver des amis, me retrouver, vivre, vivre, vivre) et me terrifie parfois et si je rechute et si tout recommence et cette fois-ci m'emporte (car à 39 ans les statistiques me sont très défavorables un cas de récidive sur 2 dans les 5 ans à venir) si ça va dans les os, dans le foie, si les métastases sont tellement développées qu'on ne peut plus me soigner, et si..... et si.... STOP STOP STOP Je suis en train de guérir, puis je reprendrai ma vie en mieux car je sais qu'elle prix elle a, je retravaillerai, je me ferai refaire des seins à faire pallir toutes mes copines de 40 ans qui subissent la loi de la pesanteur et je vivrait Heureuse C'est pas beau la méthode couet....... Vive la vie, vive l'amour et vous qui comme moi souffreztant physiquement que moralement HAUT LES COEURS, IL FAUT TOUJOURS CROIRE QUE DEMAIN SERA MEILLEUR Bruno, Arthur, Jeanne, Théo Je vous aime !!

11:36 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

07/01/2007

Les choses simples

Comme ça peut être bon les choses simples

Un week end en famille tout simpement avec mes trois enfants et mon homme

Un samedi soir où nous regardons tous les 5 un truc à la télé (très rare car arthur et Jeanne ados classiques ne passent que le strict minimum en compagnie de leur parents, il faut bien manger...)

Après le tumulte des fêtes un calme qui ressemble au bonheur !!!!!

21:30 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/01/2007

j'étais sûre de mourir

Dès que le chirurgien m'a annoncé mon cancer j'étais sûre que j'allais mourir

Pour moi comme pour beaucoup sans doute avoir un cancer à 39 ans c'est la mort assurée en moins de deux et bien non figurez-vous ce n'est pas la mort, pas toujours heureusement, c'est la vie en plus fort en beaucoup plus fort ...

Nous sommes sorti du cabinet pour aller directement voir l'anesthésiste car il fallait faire très vite au vu des dégâts et de notre déménagement 10 joursplus tard

Je suis descendue en salle d'attente avec mon homme, j'étais anéantie, des grosse larmes coulant sur mes joues, mais, comment dire, maîtrisant toujours la situation j'ai répondu aux questions de l'anesthésiste.

Je suis très étonnée de n'avoir jamais perdu les pédales, j'aurais pensé qu'à l'annonce d'une telle nouvelle je serais tombée raide morte victime d'une crise cardiaque de panique, mais non mis à part à deux reprises ou la panique et la frayeur de mourir m'ont prises j'ai toujours réussi à garder mon sang froid et à donner le change à mes enfants, à ma famille, à mes amis.

Je me pensais fragile et peureuse et je me découvre beaucoup plus forte que je n'aurais pensé - on me dit très forte depuis toujours ce que je n'ai jamais compris car au fond de moi je me suis toujours sentie faible, non interessante et pas très intelligente - Ce cancer m'a fait découvrir des forces incroyables, j'ai apprivoisé petit à petit ma peur de mourir et aussi noire soit une nouvelle une fois digérée le moral revient.

Ainsi après cette annonce le mardi je devais rentrer le jeudi à la clinique pour être opérée le vendredi. Je crois que ces trois jours ont été les plus difficiles de ma vie. J'étais psychologiquement complètement détruite et persuadée n'avoirplus que quelques jours à vivre avec un cancer généralisé et incurable, et physiquement mon corps me lachait, mon ventre n'était que douleur je me vidais littéralement, perdais du sang et des kilos très rapidement.

Je tenais pourtant à parler à mes deux enfants arthur et jeanne sans défaillir

Comment annoncer à deux ados de 15 et 13 ans que leur maman a un cancer sans les affoler de trop

J'ai réussi sans pleurer, calmement, jeanne m'a demandé si j'allais mourir à quoi j'ai répondu sans conviction bien sûr que non et si elle aurait aussi ce cancer ce à quoi j'ai répondu que non non plus même si des éléments depuis cette date nous font savoir que ce cancer est génétique et que Jeanne devra être suivie de très très près.

Arthur lui m'a dit je suis désolé maman, je sais que tu es très bileuse et que les opérations te font peur (c'est rien de le dire j'ai subit une intervention sur un naevus geant de 12 cm par 5 en local, et une phybroscopie sans anesthésie rien que par trouille de ne pas me réveiller)

Je suis ensuite sortie dehors et j'ai pleuré tout mon saoul....

22:49 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

MAudit 11 juin 2006

C'était pourtant un très beau samedi.

Je venais de finir mon CDD de 1 an comme responsable emploi et formation dans l'usine de mon mari fermée définitivement fin mai (d'où notre déménagement de cet été).
Le déménagement s'annonçait bien, les enfants commençaient à se faire à l'idée et moi aussi d'ailleurs.

J'avais invité des amis à un barbecue mangé dehors vu le beau temps

et là vlan....

Bêtement assise sur mes toilettes vers 23h30 je passe ma main sous mon aisselle gauche et sens une boule de la taille d'une demi noisette... sueure froide aussitôt et je m'entends dire "eh merde j'ai un cancer"

Dès cette seconde je savais que j'avais un cancer et durant les 3 semaines qui ont suivi jusqu'à l'annonce effective de mon cancer alors que tout le monde me disait de ne pas m'inquiéter médecins, manipulateurs radios.... je savais que j'avais le cancer.

Comment je pouvais le savoir, une conviction basée sur plusieurs faits

Je tiens d'abord à préciser que je suis et que les gens me voient comme quelqu'un les pieds bien sur terre, de pragmatique, pas croyante du tout et pourtant j'ai esayé de croire en quelque chose qui m'aide à la mort de mon frère, et que je me méfie de toute forme de croyances telles que horoscopes, prémonitions.....

D'abord j'ai toujours pensé que je mourrais jeune et d'un cancer (je suis sûrement comme beaucoup un peu hypocondriaque) mais je pensais plus au cancer du poumon vu que j'ai fumé plus de 15 ans dans ma vie)

Ensuite une fille à l'internat m'avait fait les lignes de la main vers 14 ans et m'avait prédit une longue maladie au milieu de ma vie car ma ligne de vie est travaersée par une autre en plein milieu de la main

Et puis lors du décès de mon frère j'ai cauchemardé et l'ai vu au pied de mon lit juste avant son incinération me dire "ne t'inquiètes pas tu ne mourra pas comme moi d'une crise cardiaque, tu auras une longue maladie et tu souffriras beaucoup" sympa comme message postmortem.

 

Ainsi donc à la seconde même où j'ai découvert la boule je savais.
J'ai réveillé mon homme qui m'a dit t'inquiètes pas dors on verra demain

Je lui ai dit "je m'inquiète je suis sûre que c'est un cancer"
J'ai consulté mon médecin qui m'a dit "ne vous inquiétez pas je suis sûr que ce n'est rien mais puisque vous avez presque 40 ans on va faire une mamo"

Moi je savais

J'ai pleuré à la mamo en attendant le verdict, le médecin a détecté une masse dans le sein et m'a pris pour une dépressive parce que je pleurais et que selon lui c'était sûrement rien

Moi je savais

J'étais pétrifiée à la biopsie

Je savais

Jétais térrifiée à l'IRM

Je savais

J'étais prête à m'évanouir dans le cabinet du chirurgien juste avant le verdict

Je savais

Enfin je croyais que je savais car cette certidute d'avoir un cancer n'était peut être qu'une façon de me rassurer quand enfin on m'annoncerait que ce n'était rien au fond je n'y croyait pas je me disais "tu te fais des films

 

Quand le chirurgien m'a dit c'est un peu compliqué vous avez plusieurs tumeurs dans le sein gauche dont celle de biopsiée cancéreuse, les ganglions sous le bras   certainement cancereux, et une autre tumeur dans le sein droite entre le muscle et l'os peut être cancéreux aussi, voir le muscle et les os attaqués...

Là je ne savais plus plus rien j'étais comme un animal traqué qui n'a plus que quelques instants à vivre et telle un automate je posais des question

C'est grave ?
C'est embêtant çà dépend quelles tumeurs sont cancéreuses ou non

Chimio ?

Oui

Radiothérapie ?

Oui

Opération ?

Oui peut être le sein entier et un curage axillaire

Moi: vous pouvez enlever les deux seins si vous voulez

Vous pouvez me guérrir ?

Lui : Madame je ne suis pas devin !!!

 

Plus jamais depuis je n'ai posé de question définitive à un médecin

 

Bon pose je dois aller chercher mon petit dernier Théo à l'école

A bientôt

16:27 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

help me

Pssit

Impossible de mettre une photo sur mon blog après avoir choisi la photo avec parcourir il ne se passe rien lorsque je clique sur le bouton qui doit inserer la photo

Que passa !!

10:29 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Bonne année

Bonne année à tous, Bonne année à moi aussi !

Et oui, pour la première fois de ma vie je me souhaite aussi bonne année, car 2006 c'était pas ça.

Il y avait déjà eu avant 2002 année pourrie où j'ai perdu mon frère ainé (salut frangin là haut où je n'sais où, je te rejoindrais peut être plus tôt que prévu patience). Ca a été terrible, l'annonce brutale et sans appel (... allo alain est mort tout à l'heure d'une crise cardiaque...) et puis tout ce qui suit... l'appel à quelqu'un de la famille pour vérifier que mon homme a mal compris le coût de fil  Mais non c'est vrai.   Les 250 kilomètres pour aller au plus vite le voir dans son lit, l'arrivée où on me dit qu'il est déjà parti en chambre mortuaire bahhhhh !
Sa femme, ses trois enfants et mes parents que je vois complètement désemparés pour la première fois (il faudra cette mort pour que je vois pour la première fois de ma vie mon père faire la bise à ma mère quotidiennement (le font-ils encore 4 ans après ? je ne pense pas)

La mort ou la prévision de la mort changent tous les rapports provisoirement, je développerait ça un de ces 4.

Il m'a fallut 6 mois pour passer le choc de la disparition de mon frère et aujourdh'ui 4 ans après il me manque toujours terriblement c'est comme si il me manquait un bout de moi même, un repère, un témoin à ma vie.....

Je l'aimais et il le savait, il m'aimait et je le savais... la vie n'est pas toujours juste, la vie n'est pas toujours rose.

Je pensais que je n'aurai plus goût à la vie, j'étais paralysée physiquement (par le dos qui ne voulait plus bouger) et mentalement (dépression, regret d'avoir mis mes enfants au monde puisqu'ils mourront, pas envie de mourrir, mais pas envie de vivre).... et puis tout doucement les choses sont redevenues moins dûres avec la culpabilité de pouvoir vivre alors que lui était mort, mais la vie est plus forte que tout et je me suis dis "lui n'a pas la chance de voir ses enfants, de sentir le soleil lui chauffer la peau, de profiter de tous ces moments de bonheur et d'amour que procure la vie Alors arrêtes de te morfondre et fonces oublies les petites conneries de la vie et profites croques à pleines dents les années que tu as devant toi"

J'ai repris le chemin petit à petit et j'ai retrouvé la bonheur de vivre jusqu'à ce maudit 11 juin 2006...

Bon je suis trop bavarde, je vous en dirais plus quand un de mes ados me laissera à nouveau l'accès à l'ordinateur

 

09:54 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/01/2007

 

Présentations

 

présentations

Voilà après avoir passé des heures à aller lire des blogs j'ai attrapé l'envie d'écrire moi aussi écrire quoi ? ben... plein de choses sur la vie, sur ma vie, sur celle des autres, ceux qui me touchent, ceux que j'aime, ceux qui me mettent hors de moi Bon c'est sûr, je ne suis pas très habituée, soyez sympas les débuts seront surement balbutiants, mais je suis certaine que petit à petit les choses trouveront leur place. Bon j'arrête là pour l'instant et je vais essayer d'égayer un peu ce blog Au fait Bonne année Ps) Il faut quand même que je vous dise que l'idée de ce blog m'est venue après avoir cherché des gens qui comme moi se sentent un peu seul avec des choses pas toujours faciles à dire à ses proches et qui n'ont pas toujours des amies sous la main à qui faire partager les états d'âmes. Vous le comprendrez plus tard je me sens un peu seule car j'ai déménagé il y a 6 mois et je me retrouve dans une nouvelle région sans travail, sans amis ou presque et avec un cancer du sein qui s'est déclenché en plein milieu de mon déménagement lol ! Ne sortez pas vos mouchoirs y'a pas de quoi être triste, je ne le suis pas , c'est juste pour vous planter le décor et vous dire lepourquoi du comment.....

10:31 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |