28/02/2007

pensées en vrac

Merci de vos petits mots sur mon dernier message, ça soutiens de savoir qu'on est lu par d'autres qui écrivent et qui lisent..... on se sent un peu comme dans un club ou on se tient le main par solidarité.

Hier aux infos les médias annonçaient comme une victoire 50 % de taux de survie 5 ans après le diagnostique d'un cancer. Pour moi "Taux de Survie" est insuportable à entendre. Je ne sais pas pourquoi cela sonne pour moi comme une attente de la mort. Pourquoi ne pas dire 5 ans après un cancer 50% des personnes touchées vont bien. Bon je joue peut être sur les mots, je ne sais pas mais moi ce mot survie ne me plait pas. D'autant plus que l'annonce est suivie du fait qu'il n'y a aucune statistique faite après 5 ans. Ainsi que se passe t'il ? 80% de guérison pour un cancer du sein à 5 ans donc, mais après à 6 ans, à 7 ans. Cela me fait penser aux morts sur la route, seules les personnes décédées dans les 3 jours sont comptablilisées. Et celles qui meurent le 4ème ???

Cette reflexion ne va pas bien loin c'est vrai, mais je préférerait qu'on me parle des gens qui ont eus un cancer il y a 30 ans et qui ont 80 ans et sont en pleine forme... Onpeut toujours rêver non?

Bon question cancer, il va y avoir sur je ne sais plus quelle chaine une émission spéciale cancer le 7 mars, ou parlerons surtout des gens comme nous. Je regarde ou je regarde pas ??? On verra

21:04 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

26/02/2007

commentaire

vu hier soir Bernard GIRAUDEAU interviewé sur ses cancer, un du rein il y a 6 ans, un du poumon l'année dernière. Etrange sensation d'entendre quelqu'un d'autre tellement différent de vous exprimer des sentiments très profonds que vous éprouvez aussi. Ainsi lorsqu'il parle de la souffrance, en fait il n'en parle pas car il pense tout de suite que d'autres souffrent plus que lui, physiquement j'entend. C'est quelque chose que je me dis aussi, est-ce pour nous rassurer, est-ce pour dire que c'était supportable et que cela peut être pire, car au dire de mes proches la souffrance se lisait sur mon visage et était dure à voir. Moi en tout cas j'ai été étonnée tout au long de mes traitements et même lors de l'abblation de mon sein du peu de souffrance physique et du tant de souffrance psychologique.

Il parle aussi de l'acceptation de la mort au bout du chemin, ça avec les proches c'est TABOU, il faut toujours parler de la guérison et puis hop ensuite plus rien, on enfoui tout très loin et on ne pense plus au cancer, je pense plutôt comme lui qu"il faut penser que la mort viendra peut être de cette maladie, pas comme un fatalité, pas comme une peur, pas comme du pessimisme mais comme un chemin possible qui nous fait prendre conscience plus que les autres de notre mort et qui certainement nous rend au final la vie plus belle puisque nous en mesurons plus la valeur, et que nous vivons plus fort chaque moment.

Et puis il parle des examens et des possibles resultats de récidive, là c'est vrai que j'ai déjà peur de mon premier bilan du début avril, il va falloir que j'apprenne à gérer ce stress afin qu'il n'envahisse pas trop ma vie.

Bon sur toutes ces pensées philosophiques je vous souhaite une belle journée de vacances pour ceux qui sont concernés et une belle journée aussi pour les autres.

11:35 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

24/02/2007

vive les vacances

Voilà les enfants sont en vacances. Enfin les enfants, deux ados et un enfant. Il est temps que je m'occupe d'eux sérieusement. Car cette maladie voyus rend un peu égoïste malgrès vous, vous passez beaucoup de temps à vous morfondre sur votre sort et à force d'être malade, fatigué, angoissé, vous laissez un peu de côté vos proches.

Alors le programme chouchouter mes 3 monstres. cela fait 6 mois que nous avons déménagé et arthur le grand de 16 ans est un peu maussade, la première S c'est du trvail, il y a bien sûr la fatigue mais aussi un petit coup de blues d'avoir quitté ses amis, il est un peu reservé et a eu du mal à se faire de nouveaux

amis, nous sommes assez souvent en conflit ces temps ci, moi par mon impatience et ma fatigue, lui par son impatience et son adolescence, je vais essayer de le faire un peu sortir voir dehors ce qu'il se passe (moins d'ordi, plus de cours, moins de télé) et essayer de plus parler avec lui en tête à tête. Jeanne elle a beaucoup plus d'amies déjà c'est dans son caractère, mais c'est pareil je n'ai pas été ces temps ci une maman vraiment dispo. Le petit Théo manque d'activité physique et de grand air car il est un peu pantouffles et télé, qu'à cela ne tienne programme sportif pour les vacances. Ainsi ces vacances devraient être ponsctuées de piscine, vélo, ballades au bord du beuvron, ciné, amis à la maison (le meilleur ami de théo et sa maman une copine à moi de notre ancien village) viennent passer quelques jours avec nous..... 15 jours pour regonfler les batteries Que de bonnes résolutions, je vous dirait les quelles j'ai tenues...

14:00 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

21/02/2007

bonnes nouvelles

j'ai vu la radiothérapeuthe ce matin, qui ne m'a rien annoncé, non rien de rien. Pourquoi c'est une bonne nouvelle, justement parce qu'il n'y a rien à dire. La peau est redevenue normale ou quasi à l'endroit irradié, pas de masse suspecte au touché, belle cicatrice.

Ben voilà, je suis rassurée car 5 semaines sans être oscultée me faisaient tout de même un peu tendre le dos ce matin.

Prochain RDV le 10 avril avec mon oncologue pour le premier bilan, avant cela je dois passer une batterie d'examens en tout genre: radios, scanners, IRM... Mais bon je me donne encore quelques jours avant d'aller voir mon médecin traitant qui me prescira tout çà...j'ai encore besoin d'un peu de répit.

Tout va bien, j'en suis sûre

19:10 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

19/02/2007

quand le futile revient

Mon moral tel un yoyo monte et descend, comme vous pouvez peut être le constater à travers mes billets. Ainsi depuis que j'utilise le présent comme seul temps à ma vie je vais mieux. Aujourd'hui j'ai telle et telle chose d'agréable à accomplir et je ne cherche même pas à savoir ce que je ferai ensuite. J'ai un agenda où sont notés les dates et les rendez-vous prochains pour mon cancer, ce qui me permet de ne rien oublier, mais je ne lit que la page du lendemain, et uniquement celle-là. AInsi demain mardi rien d'écrit cela veut dire une journée où la vie sera belle à vivre et ponctuée par les départs et les retours à lamaison de toute la petite famille.

MAis si je vais bien aujourd'hui c'est pour une raison aussi futile qu'une perte de poids de 2 kilos en 2 semaines. Mes chimios terminées je me suis retrouvée avec + 12 kilos en 2 mois et demi, un peu comme effet secondaire des traitements, un peu comme effet de la ménaupose due aux médicaments, un peu par déprime devant le frigo. VOus me direz que sont 12 kilos comparé à un cancer, voilà la bonne question, en tout cas voilà celle que je me suis posée. Et j'en ai déduis que je devais profondément aller mieux. Si mon poids me préocuppe et que je m'attelle à en perdre un peu c'est pour me remonter le moral devant la glace bien sûr mais aussi parce que je vais mieux et que je ne pense plus que je vais mourrir, enfin beaucoup moins. Non je pense que je vais vivre et qu'il serait temps que je me reprenne avant de finir comme une bonbonne (dixit martine...). Quand je me retourne un peu en arrière je me souviens que je ne pensais plus un seul instant ni à mon apparence physique ni à l'avenir lorsque mon moral était vraiment bas. Je n'arrivais tellement pas à me projeter dans l'avenir que ces "futilités" ne me venaient même pas à l'esprit.

Je vais mieux, mais oui j'vous dit JE VAIS MIEUX

A ceux qui traversent les moments qui étaient les miens il y a encore quelques semaines je dis - accrochez-vous, luttez, je vous assure après vous yrez mieux

COURAGE

20:28 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

15/02/2007

expérience gastronomique

Histoire de vous mettre en appétit voici le menu de l'expérience gastronomique (avec facture astronomique) que nous avons vécu mon valentin et moi Hier au soir.

Tout d'abord plantons le décor : après avoir nourrit nos trois têtes blondes à la maison, nous nous sommes fais beaux et sommes partis dans un restaurant 1 étoile au guide michelin qui est un relais château. Arrivé 20 heures décor somptueux à l'extérieur avec petits arbres et arbustes taillés de près au millimètre. Accueil par un hall nappé de beaux tapis persans puis installation à une table très joliment décorée avec fleurs, bougies.....

Nous avons passé près de 3 heures à table à déguster des plats tous meilleurs les uns que les autres et à parler de nous, nos enfants notre amour depuis près de 20 ans, notre rapportà ma maladie, à l'avenir.... sans tabou, sans faux semblant comme deux personnes qui s'aiment en toute franchise et honnéteté. C'était un très bon moment un de ceux qui cimente les couples heureux;

Mais revenons à nos moutons ou putôt à notre menu.

 coupe de champagne accompagné de ses amuses bouche

Boléro de foie gras de canard avec Gelée d'unpot au feu au Porto

Coquillesaint jacques glacée en chaud froid et tourteau rafraichi avec cappucino au safra, et céléri acidulé

Mousseline de brochet aux pistaces avec coulis d'écrevisse

Granité au champagne

Aiguillette rotie sauce aux truffes noires du périgord avec raviole de foie gras

Macaron glacé au pamplemousse rose avec crème légère au coquelicot

palet chocolat menthe

et café pour finir avec pâtes de fruits fraîches et sarments de vigne au chocolat

 

Inutile de vous dire que bien que les quantités de chaque plat soient petites nous n'en pouvions plus à la fin, mais tout était si bon et si parfait.

Elle est pas Belle la vie ?

11:32 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

14/02/2007

pensees positives

Je vais mieux, j'utilise une méthode proche de la méthode couet. La pensée positive. Je refuse de penser à ma maladie, les futurs examens, opérations..... et je me concentre sur le quotidien, les belles choses, l'avenir à base de soleil qui revient, de vacances à planifier, de sorties prévues...

Ainsi le thème du jour c'est la Saint Valentin. Commercial pour les grincheux, les radins, les qui s'triturent les méninges ? Qu'importe. Moi comme je ne suis pas croyante et que je ne fais partie d'aucune communauté aux rythes qui rythment la vie, je m'approprie les différentes dates du calendrier pour instaurer des rytes familaux.

Prenons les anniversaires, ce jour là l'anniversé ne fait rien de rien se fait servir, en use et en abuse en faisant tourner tout son petit monde autour de lui, qu'il soit parent ou enfant il est le "maître de cérémonie du jour".

Noel, chacun fait des secrets à n'en plus finir : le père avec le fils aîné pour la maman, la maman avec la fille pour le fils cadet.... et le repas partagé uniquement par nous 5 est ponctué du don des petites attentions de chacun pour chacun

La fin de l'année scolaire est ponsctuee par un cadeau qui récompense non pas les notes de l'année mais les efforts qui ont étés fournis toute l'année et l'annonce du relachement tant mérité de deux mois.

Bon je ne vais pas vous faire tous les rytes de la famille car il faudrait un roman, comme celui du départ en vacances, du jour de la fête calendaire, de pâques.... Nous aimons cela à la maison, car il semble qu"ils aident à construire les liens dans une famille, et à inculquer aux enfants les valeurs qui nous semblent fondamentales, l'amour,le don, le recevoir, le partage, la tolerance et le pardon souvent necessaire dans toute famille qui s'aime mais se chamaille parfois.

Mais revenons au saint du jour VALENTIN. Nous ne sommes pas mon Valentin et moi du genre à se cajoler et autres petits bisous à "bouche que veux tu" notre caractère et notre éducation sans doute érigent entre nous une certaine pudeur. Mais nous nous aimons très fort, depuis près de 20 ans et sûrement pour 20 ans encore si la vie nous le permet (vie s'il te plait laisse moi vivre encore 20 ans, au moins...). Ces derniers temps mon Valentin m'a montré combien il m'aime et malgrès mon sale caractère, ma déprime parfois face à ma maladie, il est là, toujours là fort si fort. Alors j'ai cassé la tirelire et je l'ai invité dans un resto 2 étoiles, expérience gastronomique que nous allons tenter tous les 2 ce soir. Au diable l'argent, les kilos en trop, la peur de l'avenir, ce soir je veux juste lui dire je t'aime et merci juste nous deux sans les enfants.

Bonne fête Mon Amour !

 

16:17 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

06/02/2007

10 jours sans blog

10 jours de silence. 10 jours à ne pas vouloir écrire, à ne pas pouvoir. C'est bizarre. Il y a quelques jours j'écrivais à d'autres amis bloggeurs que nous ne sommes pas des héros face à cette maladie, que seul lemot courrage peut encore aller pour désigner l'instinct de survie qui nous pousse à nous battre, et voilà que je me comporte comme si je devais être ce héros. Ne pas écrire que je ne vais pas bien, ne pas dire que j'ai peur de mourir, que je pense que je vais mourir pas un deuxième cancer qui cette fois sera plus vicieux. Alors j'ai attendu que cela aille mieux, un jour puis 2 puis 10. Mais cela ne va pas mieux, j'ai du mal à m'accrocher, je me renferme comme une huitre chez moi. Je me vautre dans mon desespoir et semble m'y complaire.Je me fais des films noirs, toujours plus noirs, je me fais du mal en imaginant ma fin iminente et ma souffrance de ne pas voir mes enfants grandir devenir des hommes et femmes. en imaginant mes enfants sans maman et mon homme sans sourrire. Je ne vais pas bien et je ne sais pas comment aller mieux. Je ne supporte pas d'entendre le téléphone sonner parce que je n'ai pas envie d'en parler et en même temps je me sens si male seule avec mes maux. J'ai besoin de me faire rassurer par le milieu médical et en même temps je ne supporte plus qu'ils parlent des riques futurs. Je voudrais reprendre une activité professionnelle pour voir du monde et sortir de mon isolement mais en même temps j'annule un voyage prévu pour revoir mes anciens amis.

Comme c'est dur ces moments de déprime ou rien ne va, ou tout est difficile ou tout semble noir et sans issue.

Certains pensent que je fais une dépression, ma gynéco, des copines....

On me pousse à aller vor quelqu'un, mais faut t'il payer quelqu'un pour lui dire j'ai peur de mourir, j'ai peur de faire souffrir, je souffre, en quoi cela me fera t-il du bien ?

23:13 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |