24/05/2007

je vais mieux

je vais mieux, mon coup de blues est passé, j'ai relègué les questions existentielles au placard pour quelques temps, il sera bien temps de me stresser lors de mon prochian bilan fin juin.

J'ai une belle vie, la chance d'avoir un amoureux, 3 enfants en excellente santé (même si mes 2 ados semblent avoir très peu besoin de moi en ce moment, il est temps pour moi de faire le deuil des jeunes enfants pour qui papa/maman c'est le plus important, il y a tellement d'autres choses à découvrir dans le monde, ainsi arthur mon aîné de 16 ans qui est en premiere S s'est rendu à une conférence d'huber RIVES à Blois sur les origines du monde, s'est éclaté, et a renforcé son envie assez récente somme toute de faire une maîtrise de physique), une superbe maison (et oui trois déménagements pour trouver un nouveau job nous ont permis de faire de bonnes affaires immobilières et nous voiçi avec la maison de nos rêves, grande avec du cachet et plein de place pour recevoir les amis, et le jardin des rêves de mon amoureux petit fils de paysans avec plein de place 4000 mètres carrés et toutes sortes d'abres et végétaux). Je me sens vraiment privilégiée et essaye de le faire comprendre aux enfants pour qui cela est une situation normale puisqu'ils n'ont jamais connu le manque, j'essaie de leur dire que d'autres ont moins, beaucoup moins et parfois même pas l'essentiel. Bien sûr cela s'est fait petit à petit pour nous, nous avons commençé mon amoureux et moi avec de très petits salaires et une première maison construite avec à la fin du mois des sueurs froides, mais au fil des années et avec des hauts et des bas (4 CDI pour moi se terminant par fermeture des sociétés et 1 cdd avec fermeture aussi, 2 fermetures d'usine pour mon homme et trois gros déménagements avec changement total de région et de vie) car les déménagements c'est très très difficile il faut tout recommencer nous avons construit notre petit paradis affectif et matériel.

Non je ne fais pas de la "petite maison dans la prairie" mais tout ça pour vous dire, et pour me dire que oui la vie n'est pas un long fleuve tranquille et heureusement car les choses de la vie voulues et qui ne tombent pas dans notre escarcelle sans difficultées sont tellement apprécialbles. Oui la vie m'a joué un mauvais tour mais elle m'en a joué de très bons plus d'une fois, je m'y suis attellée chaque jour, le bonheur ça se construit.

 

1968

J'ai un an, suis un bébé joufflu, chauve avec deux grosses billes vertes à la place des yeux.

Un bébé sage, gentil et sans histoire.

L'argent ne coule pas à flot à la maison, mais je ne manque de rien dans cette petite maison louée dans la banlieue de Rouen. Je dors dans la chambre de mes deux frères (nés en 63 et 64) au calme.

 

Dehors le monde gronde : Martin Luther King a été assassiné à Memphis, Dehors la France gronde : Mai 68 et le début de la crise étudiante

11:02 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Mai 1968 à cette époque, j'étais en 6ème, mes parents divorçaient, et j'allais redoubler et me retrouver en pension...une année que je ne parviens pas à ranger correctement dans le placard des souvenirs...Bisous

Écrit par : Béatrice | 24/05/2007

Enfance Tu fais souvent référence à ton enfance... te manque-t-elle? Entends-tu parfois ton rire d'enfant résonner dans ta tête?

Écrit par : Stella cadente | 03/06/2007

Les commentaires sont fermés.