20/07/2007

j'ai été, que serais-je ?

23 ans maman pour la première fois, mon fils, mon grand, si fragile alors
30 ans pour la troisième fois, mon petit dernier, toujours petit, trop grand déjà
33 ans : Maquettiste au Télérama à Paris, 2ème période citadine
20 ans : intendante d'un centre équestre dans le périgord noir, période tourrisme
29 ans : licence de sciences de l'éducation, période psycho de la petite enfance
27 ans : rien ne va plus séparée de mon amoureux, trop de choses à règler avec moi, période déprime

39 ans : arrivée dans notre troisième maison en Sologne, de maisons en maisons, d'affaires immobilières en affaires immobilières, elle est belle et grande. Difficile à vivre avec des parents ouvriers qui l'appellent un château avec parc. Je suis fière de notre réussite faite de déménagements, d'épreuves de licenciement, de challenges et de sueur, mais je souffre du regard de ma famille qui bien qu'en en profitant pleinement comme lieu de villégiature préféré, semble nous en vouloir d'en être arrivés là.

21 ans : seule à Paris, envie de mourrir, il m'a quitté, période chagrin d'amour

13 ans : première sortie au cinéma, la boum, victoire c'est moi... période ado

35 ans : adieu alain, adieu mon grand frère, je me relève après des mois d'abîme, je pense à toi, je vis et sent ce soleil qui ne te chauffe plus. Tiens en mourrant il est devenu le bon fils "mon alain", lui qui était le fils maudit, le fainéant "éducateur" c'est pas un métier çà.
22 ans : c'est lui, je le sais, je le sens, je l'aime. Amour, amour......
18 ans, le bac, sésame ouvre-toi
25 ans : ma fille ma toute petite, tant attendue
39 ans : je ne suis pas immortelle, j'ai un cancer, pour combien de temps encore sur cette terre ?
26 ans : chef de studio dans la pub à Rouen, être chef oui, mais de ma soupe, difficile pour moi de gérer une équipe.
25 ans : notre première maison en Normandie, endettement record. La maison est toujours pleine, les frères, les amis, les cousins, leurs enfants... la jeunesse, le début de la vie d'adulte, tout passe trop vite, les enfants grandissent tellement vite.
27 ans et 6 mois : Je l'aime, on se retrouve, pour toujours c'est sûr, c'est moi que j'ai du mal à aimer, pas lui, maintenant je le sais. Il n'est pas le prince charmant, ça tombe bien je ne suis pas la princesse.
23 ans : moi : tu me fais un bébé ? lui : si on se marie . Moi : d'accord mais on le fait tout de suite le bébé. mariage juin, bébé novembre...
32 ans : notre deuxième maison en picardie
38 ans : responsable emploi et formation dans une usine qui ferme un an plus tard. Challenge trouver aux gens un travail ou une formation avant qu'ils ne se retrouvent dans la rue. L'emploi qui m'a surement le plus apporté sur le plan humain en 20 ans de jobs.
20 ans : mon BTS en poche, à moi le monde, je pars, je largue les amarres, je traverse le pays pour me sentir plus libre. je suis heureuse, adulte, autonome, libérée du sentiment d'éttoufement permanent chez mes parents. Qu'ils se battent, qu'ils se quittent, qu'ils fassent ce qu'ils veulent mais qu'ils me fichent la paix.
33 ans : Création et Présidence d'un comité des fêtes : je crois que l'on peut, en se donnant sans compter, recréer autour de soi une vie pleine d'amis, de joies, de partage, j'y trouverai un peu mon compte, j'y perdrai aussi des plumes.

30 ans : voilà, j'ai trois enfants, un homme à aimer, un job interressant,un compte en banque pas dans le rouge,une vie riche d'amour et d'amitié, j'ai fait la paix avec moi-même et mes parents,pour la première fois de ma vie je suis satisfaite, pleinement heureuse. La vie est devant moi, je suis immortelle puisque le bonheur est là.

 

Au décès de mon frère, un ami m'a dit : "même si c'est difficile à penser pour quelqu'un qui meurt à 39 ans, la mort arrive quand on a tout réalisé dans la vie, tout ce qu'on devait faire sur terre a été accompli".
cette toute petite phrase d'abord oubliée, me reviens souvent en tête, me trotte en tête et m'interroge.
Qu'ai-je encore à vivre de différent, qu'ai-je à réaliser dans ma vie qui ne fut pas déjà fait.
Si ce n'est aimer, les miens, mon amour, la vie...
Comment sait-on qu'on a tout réalisé ?
Non pascal je n'ai ni fumé, ni bu de cidre...
Mais j'ai mis ma vie entre parenthèses depuis 13 mois déjà, et je suis là enfermée volontaire (ou presque) dans une petite vie faite de plus grand chose au quotidien, de routine ennuyeuse qui rempli les journées les unes après les autres.

avant j'avais un job, des activités, des relations beaucoup, des amis... une vie trépidente et très remplie.
J'ai été, je ne suis plus, que serais-je, le serais-je ?
Ai-je encore assez d'énergie pour re-être cette natali qui court toujours entre tout, qui fonce et ne s'arrête que pour dormir quelques heures.
A chaque déménagement et nouvelle vie, j'ai foncé tête baissée souvent, pour avancer, construire un avenir pour nos enfants, m'épanouir et vivre pleinement cette vie qui est la mienne.
Cette pose d'un an m'a t'elle ramolli, suis-je encore capable de me jeter dans la vie et de quitter ma retraite ?

Est-ce tout simplement le début de la nostalgie du passage aux 40 ans.
Il faut que je me ressaisisse et que je sorte de mon petit coin pour retourner voir le monde.

 

 

 

10:00 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

ras le bol et courage c chiant nath ,à chaque fois pour déposer un post je dois remettre nom mail etc etc .Fais qqe chose!
pour le reste:
TU REDEVIENDRAS......avec ou sans cidre...AF AF AF

Écrit par : pascal | 21/07/2007

Tu seras ce que tu dois être mais tu seras. Que tu redeviennes la nathalie d'avant ou que tu sois une nouvelle nathalie, qu'importe le tout est que soit Nathalie, avec un grand "N" et fière de l'être, fière d'elle et de ce qu'elle a accompli, fière et droite tout simplement...
Plein de bisous

Écrit par : Béatrice | 21/07/2007

Mais tu es Natali, et tu seras toujours Natali. Une Natali qui suivra et construira le cours de sa vie comme elle l'a toujours fait...Biz.

Écrit par : dany | 22/07/2007

Instant "je suis immortelle puisque le bonheur est là"
C'est une phrase vraiment forte à mon sens, elle dit tout de la puissance du bonheur...

Tu sais, il n'est pas nécessaire d'avoir pleins de projets à concrétiser pour vivre et avancer, il suffit simplement de faire un pas après l'autre, en se concentrant sur le pouvoir de l'instant présent, et notre capacité à nous y aimer aussi...

Une lucidité de l'instant...

Écrit par : Stella cadente | 25/07/2007

Les commentaires sont fermés.