22/10/2007

cheveux !!!

Envoyé à Anacaracol quant à notre image lors des chimios...

" Les enfants sont natures et ne pensent pas à mal, les adultes par contre....
J'avais une perruque pour porter mon petit bonhomme de 9 ans à l'école, il m'avait demandé de ne pas dire à ses copains que j'avais un cancer, nous venions d'enménager au moment de mon opération et je pense qu'il avait peur d'être le nouveau, celui que sa maman est malade et qui va peut être mourrir (ça c'est les adultes qui le disent à leurs enfants en voyant quelqu'un qui suit de la chimio...). Les enfants n'ont rien vu je pense.... Par contre des femmes se groupant souvent me regardaient toujours de façon appuyée et sans sourrire en continuant de se parler. j'étais à la fois très mal à l'aise, malheureuse et en colère. Un jour à mon approche l'une d'elle a dit aux autres : "tu vois je te l'avais bien dit qu'elle avait une pérruque". Moi qui suis plutôt du genre rentre dedans j'ai été ce jour profondemment glacée et bléssée. Au lieu de me parler en croyant comprendre ma situation, ces femmes ne m'ont même jamais sourris. Aujourd'hui j'en garde le pire de mes souvenirs face à l'image que l'on donne, mais au fond je m'en moque, j'ai 3 supers gamins, un amoureux, une famille et des amis que j'aime.... concentres-toi sur ceux qui t'aiment et que tu aimes, cette energie dépensée elle, est positive.
Bises
natali
PS) mes cheveux aujourd'hui repoussés, sont chaque jour source de joie, avant je ne les voyait presque pas.... c'est comme tout les autres petits bonheurs.... maintenant je les vis pleinement, je les vois pleinement."

Avec le recul je me dis aujourd'hui que si elles ne sont pas venues me chercher peut être est-ce parce que je leur offrait un visage fermé qui ne les poussaient pas au dialogue.

21:00 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

coucou ! Hier soir j'ai pensé à ce message que tu avais laissé ; je suis allée à une réunion de parents délégués et je me suis posé une fois de plus la question : perruque (= je ne la supporte pas bien mais je n'ai pas l'air malade) ou foulard (j'assume mon cancer et ma chauvitude) ? Et comme je venais de m'acheter un très joli bonnet en laine, j'ai décidé de l'étrenner et de ne pas me colorier de faux sourcils (yeux maquillés quand même).

Et j'ai pensé à toi en me disant, sur tous ces gens que je rencontre régulièrement, combien se sont posé la question de la perruque ? Je suis sûre qu'à peu près tous ;-)))

Au moins depuis hier soir où ils ont eu 2 heures pour m'inspecter, ils ont largement eu l'occasion de se douter que j'avais perdu du poil. L'ambiance était bonne, j'étais toute gaie, on a bien déconné (enfin, pas QUE, hein !), et j'espère que l'info est bien passée : maladie ou pas, cheveux ou pas, il y a avant tout : MOI ! Et au moins pour la perruque je ne pense pas qu'ils se reposeront la question... :-)

Tout ça pour dire que ta conclusion me plaît : après tout, nou spouvons nous-même initier le dialogue qui a du mal à se faire. Pas au point de leur foncer dessus et leur dire "oui j'ai un cancer", mais au moins en allant vers eux à "visage découvert" (ou presque).

Là où ça coince c'est vis-à-vis des enfants qui ne veulent pas que ça se sache. Mais si l'info passe de parent à parent, on peut espérer (je suis utopiste je sais) qu'ils pourront au moins donner des consignes de discrétion aux enfants, non ?

Bonne journée ! :-)
Anne

Écrit par : Anacaracol | 23/10/2007

Image Qu'il est difficile de 'gérer' notre image pour nous même pendant la maladie, alors vis à vis des 'Autres' c'est encore pire, et toujours lié à la manière dont on se voit nous-même...
Ce n'est pas une question de perruque ou de foulard d'ailleurs.
Moi je leur pardonnes à celles qui ont eu peur, celles qui m'ont dévisagé à la dérobée, celles qui n'ont pas su me rassurer avec un mot gentil, celles qui n'ont pas su s'avancer vers moi avec naturel...Le cancer reste un tabou ultime...

Je rentre d'un petit séjour aux USA, et je peux t'assurer que (en tout cas dans les grandes villes), le cancer et tous les handicaps n'y sont pas cachés, ils sont de sortis, et ça ne gêne personne... C'était vraiment super!

Bisettes!

Écrit par : Stella cadente | 23/10/2007

Le fameux regard de l'autre, comme il est difficile de l'ignorer. Mais personnellement j'ai pris la décision (et je ne m'em porte pas plus mal) de passer outre. Explications : la perruque je ne la supporte plus, ça gratte, ça chatouille, àa fait transpirer donc je ne la mets qu'en cas de force majeure (et donc pas ou plus), le foulard c'est mieux mais pas encore ça pour mes petits bouts de cheveux qui font des tentatives certes réussies de repousse mais qui restent un peu en manque de lumière. Alors depuis 15 jours après un passage chez le coiffeur qui ne m'a laissée qu'un cm sur le caillou et mes trous (parce qu'il y en a quelques uns) je sors sans rien sur la tête (petit mensonge : depuis 3 jours je mets un chapeau mais c'est pour le froid et non pas pour le regard des autres - je l'enlève des que je peux). Mais il n'en reste pas moins qu'il faut parler, qu'il faut expliquer, qu'il nous faut dire et aller devant les autres et ce pour le bien être de tout le monde et même pour celui des enfants (les notres et les autres).
Bisous à tout le monde.

Écrit par : Béatrice | 24/10/2007

La maladie fait peur aux bien portants. Tout ce qui a trait à cette maladie effraie particulièrement. Je pense qu'elles ont eu peur....

J'espère que tu vas bien ma belle. Gros bisous.

Écrit par : poesie | 25/10/2007

Les commentaires sont fermés.