30/01/2008

Petit point

 

Petit point santé.
Depuis mon abblation des ovaires je ne dors plus, et quand je dis je ne dors plus, c'est un peu de 11h00 à 2h30 ou 3h00 puis fini. Je ne comprends d'ailleurs pas comment je ne suis pas plus eppuisée que cela. Un peu fatiguée mais sans plus, même si le toubib ne me trouve plus que 11 de tension, ça c'est un signe. Ca m'enerve, franchement ça m'enerve. Je n'ai jamais été une bonne dormeuse et pendant mes traitements je dormais mal, mais là cela fait 2 mois 1/2 que ça dure. J'en arrive à detester mon lit. J'ai pris deux ou trois fois quelque chose pour dormir mais franchement je n'aime pas cela et en plus cela n'estpas très convaincant.
J'ai enfin pris rdv avec le toubib pour voir s'il doit m'opérer du trou du..... (j'ai  une fissure anale depuis mes chimios) depuis des mois je n'arrive pas à me décider. J'ai RDV le 18 février et je suis sûre qu'il voudra m'opérer, je flippe comme une malade... encore une opération mais surtout j'ai peur pour mon job si je dois être arrêtée, j'ai peur que cela rate et qu'on me mette un anus artificiel (j'en voit qui sourrient, mais je flippe vraiment même s'il n'y a pas de raison c'est une petite opération dit-il...). Encore une opération, une anesthésie, l'impression de ne plus maitriser, d'être malade.......merde, merde et remerde, j'ai pas envie d'y repasser. Pourquoi j'y vais, parce que le monsieur l'air de rien il m'a dit qu'une fissure qui dure plusieurs années et bien ellle se transforme en tumeur cancéreuse, oui, oui, oui si j'vousl'dit, et la dame bas les cancers elle connait et elle en veut plus.... Alors faut se faire violence et puis au quotidien je souffre quand même franchement au point de parfois avoir du mal à m'asseoir....

Pourquoi je vous dit tout çà, ben à qui voulez-vous que je le dise.... ma famille, mes amis ? ils ont déjà fait le tour de la question et puis plus question que je passe encore pour la malade.... Mon boulout, ben non, personne n'est au courant de mes petits soucis de santé. Tiens d'ailleurs cela pourrait faire l'objet de mon prochain billet car je suis extrèmement gènée de n'en avoir pas parlé. J'ai l'impression d'être coupable, de mentir et de trahir la confiance que ma supérieure hiérarchique a eu en moi lors de son choix de m'embaucher. Bon on en reparlera....

Ne vous méprenez-pas je vais bien, très bien même, c'est juste qu'il faut que je me mettre à nouveau entre parenthèse du monde pour faire cette p..... d'opération......

Abientôt, je n'écris plus trop mais je vous lis et je pense à vous.

20:24 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Commentaires

Je t'écris plus longuement ce soir... je pense à toi...

bises étoilées

Écrit par : Stella | 31/01/2008

Je comprends tes angoisses mais tu sais souvent la peur est pire que le mal. J'ai une amie qui vient de se faire opérer de la même chose, c'est bénin et rapide (bon pas très agréable faut bien le dire) mais quel confort ensuite ! plus de douleurs en s'asseyant ni en allant aux toilettes....et plus d'angoisse en y pensant !

Je pense fort à toi. Allez courage !

Écrit par : Poésie | 01/02/2008

Bonjour Nathalie,
Je comprends bien votre colère et puis vous êtes partie dans autre chose aujourd'hui, votre travail.
Peut-être avez-vous le choix d'attendre quelques mois et de vous préparer pour cette opération après la période d'essai ; ne vous inquiétez pas, vous n'avez pas trahi votre responsable pour être embauchée, c'est légitime. Je pense que je ferai la même chose.
Je vous embrasse...

Écrit par : Constance | 01/02/2008

C'est pas marrant mais une fois encore il faut aller de l'avant, bouhhhh... Mais après tout, si la maladie nous a appris une chose, c'est bien qu'on doit s'occuper de nous, et c'est une priorité par rapport à l'entreprise qui doit être à même de comprendre ça...
Je pense à toi... :-)

Écrit par : Anacaracol | 04/02/2008

De tout coeur avec toi. L'opération est bénigne, mais les jours qui suivent pas très drôles.... Mais après tout est oublié et tu en retires un vrai bénéfice.... Ne t'inquiète pas pour ton boulot. Ils comprendront et tu vas tellement leur manquer, qu'ils seront sûrs d'avoir fait le bon choix avec toi. Bises!

Écrit par : dany | 07/02/2008

Bonsoir Nathalie,
De tout coeur avec toi dans cette nouvelle épreuve mais si tu dois en retirer un bien être certain doublé d'une absence de tumeur, n'hésites pas... mais je sais que tout cela tu le sais et je comprends aussi très bien ta réticence à repasser sur la table d'opération.
Je pense très fort à toi. BIsous

Écrit par : Béatrice | 07/02/2008

Petit bonjour du retraité

Écrit par : pascal | 02/03/2008

Les commentaires sont fermés.