06/03/2008

elle m'a dit

 

Lorsque j'ai annonce que je sortais d'un cancer à ma supérieure (qui est en fait la directrice du site) je savais que je jouais gros, et en même temps je pensais connaître d'avance sa réaction.

Elle m'a dit : je me doutais bien qu'il y avait quelque chose pour que tu restes un an et demi sans trvailler (j'avais dit que c'était pour m'occuper de ma famille lors de notre déménagement en Sologne).

Elle m'a dit que pour elle cela ne changeait rien, qu'elle avait confiance en moi. Là j'avoue j'ai un peu coincé, confiance pourquoi, j'ai rien fait de mal, et si je deviens une récidiviste ce ne sera pas de ma propre initiative. Alors je lui ait dit : les médecins pensent que j'ai un risque faible de récidive, et puis je me suis justifiée (aurais-je dû....) en disant que j'avais tout fait pour qu'il ne revienne pas chimios, redioT, abblation des ovaires, suivi scrupuleux et régulier..... mais que je ne pouvais pas savoir s'il allait revenir maintenant ou s'il me ficherai la paix à jamais....

Elle m'a dit... bon je ne sais pas si tu le diras à la DRH (groupe multisite géré par un grand DRH qui décide de l'embauche (pour mémoire j'ai du passer 4 entretiens jusqu'à marseille) mais pour moi cela ne change rien et je n'en parlerai pas à moins que tu me dise à qui tu en as parlé.

Yes.... j'ai gagné.... je me sentais mal de ne rien dire... ce cancer je n'en ai pas fait un tabou autour de moi. Pourtant tout le monde de mon entourage, les médias, le médecin du travail me recommandaient de ne rien dire pour ne pas risquer d'être refusé à l'embauche... méthode quasi systématique apparement. Mais moi je n'ai rien à me reprocher... et puis dans le boulot je suis une battante, je sais ce que je vaut et on m'emploie parce que je suis une bosseuse sérieuse (nous étions d'ailleurs 12 sur le poste et je n'étais pas laplus qualigiée...) alors le cancer n'a rien à voir là dedans, je n'ai pas à le cacher.

Elle m'a dit le lendemain lors d'une de ses entrées dans mon bureau... Je pense que tu ne devrais pas le dire plus haut dans la société, tu risques d'avoir des réactions....... Moi en tout les cas je te trouve très courageuse... et là je me dis cette femme, elle est vraiment bien, elle assume. Elle sait, elle n'en réfère pas à sa hiérarchie, elle m'embauche avec le risque de la recidive et en plus elle me félicite de mon courage.... Elle mérite bien que je travaille pour elle. Tiens puisque c'est comme ça j'accepte leur CDI.... je plaisante mais à peine.   Oui j'ai besoin de travailler, de gagner de l'argent... mais j'ai aussi et surtout besoin d'humanité et de compréhension de toute la dimension de ma personne. Si elle avait mal réagi ou si j'avais senti qu'une telle révélation serait source de problèmes entre nous je n'aurai pas continué dans cette boite et aurait repris mon baluchon.

Deux jours plus tard je lui dit pour mon opération.

Elle m'a dit, bon on va s'attirer les foudres mais quand faut y aller y faut y aller, y'a pas de problème. Je fais quand même reculer de 15 jours un projet national, et elle a encaissé la faute du retard. Mais bon je partirai pardi en ayant fait double job pour que mes 10 jours ne soientpas trop un problème et le 25 je repartirai à fond les gamelles.

 Prochain épisode. Le sommeil et moi euhhhh je voulais dire le sommeil sans moi.

21:32 Écrit par natali dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Je comprends tout à fait ta démarche de vérité et je trouve que ta chef est une personne vraiment bien, humaine et surtout qui a su regarder en toi la personne et non l'ex malade. Malheureusement ce n'est pas toujours le cas, certains mots font encore peur et obligent à se cacher. Bonne continuation. Big bisous

Écrit par : Béatrice | 10/03/2008

COURAGE Le bonheur te garde gentille.

Les épreuves te gardent forte .

Les chagrins te gardent humaine.

Les échecs te gardent humble.

Mais seul l'espoir te fait avancer. CATHERINETTE

Écrit par : CATHERINETTE DES ESSENTIELLES | 11/03/2008

Les commentaires sont fermés.